La route PAN EUROPEENNE par Marie VIROUX

Cette route est tout à la fois la référence à un nom symbolique, une réalité et aussi un facteur d’espoir.

Quand en 2010, M Euskirchen de Zweibrücken est venu au bureau de la mairie en tant que « Courrier du roi Stanislas », il y a d’abord eu étonnement, puis après une écoute attentive, il y a eu le désir de rentrer dans cette construction. Le mot construction est tout à fait adéquat, car il s’agit bien de réaliser un tracé, en s’inspirant du chemin parcouru par le roi Stanislas à travers l’Europe. Si depuis le traité de l’Elysée du 23 janvier 1963, les états sont en marche pour construire la paix en Europe, on peut considérer qu’à présent il s’agit de faire se rencontrer les populations. En effet, les structures de jumelages sont souvent liées à des échanges entre municipalités, mais la proposition de M Euskirchen était beaucoup plus originale, il faut construire un chemin tout au long duquel les habitants
des différents pays pourront se rencontrer sans formalisme pour participer à des évènements communs, qui s’appuient sur un passé commun. Tout naturellement le nom de ce chemin porte le nom de Stanislas, qui depuis la Pologne est venu s’installer au cours de sa vie dans différentes villes, en particulier Zweibrücken et Lunéville.

Après plusieurs années de concertation, la « Route Stanislas » a été officialisée en 2019 à Lunéville, lieu où Stanislas a vécu le plus longtemps. La manifestation autour de la signature d’un accord concrétisant cette route a été animée par des associations locales, sollicitées par Mme Viroux, responsable des relations internationales à la mairie :
Conservatoire des broderies de Lunéville François Rémy, Amis de la faïence
ancienne, Amis de l’histoire culturelle européenne, l’office des fêtes de Lunéville, ces associations ont recréé une ambiance XVIII° dans le cadre magnifique du château. La manifestation était publique et tout le monde pouvait venir voir exposition ou danses marquant l’art de vivre de cette époque.

Depuis les échanges se sont poursuivis et surtout la route s’est ouverte à d’autres localités, ce qui est bien le but recherché. La route est le prétexte, une sorte de fil conducteur qui permet, en s’appuyant sur l’histoire, de provoquer des rencontres humaines. Pour ne donner que quelques exemples. En 2021, la route s’est ouverte à la ville de Rozières aux Salines en particulier en raison des Haras ; là encore c’est une association qui œuvre en ce sens : Roz’Hier. Le traité de Lunéville signé en 1801 donne lieu également à la signature d’une Nouvelle paix de Lunéville. Sur cette route
nous trouvons en 2022, la réalisation d’une « messe opéra », œuvre musicale écrite par Emmanuel Konstant, chef de chœur de l’association des Cordeliers. Là encore une collaboration avec nos amis Allemands est mise en place, pour enrichir le chœur français, par un chœur allemand.
Ces actions concrètes sont également remplies d’espoir, car cette fois ce sont les personnes ordinaires, membres d’associations locales qui s’investissent dans le projet qui reste ouvert à tous. La municipalité de Lunéville veille à faciliter toutes ces relations. Mme Viroux, maître d’œuvre de la première heure, est aussi vice présidente de la route Stanislas, membre de diverses associations et aussi déléguée à Pan Europe France pour la Lorraine. Cet opéra dont le thème est Jeanne d’Arc, circulera de Lunéville à Reims, le long de la route Stanislas. Cette expérience est originale car elle est ouverte et appelée à se modifier au fur et à mesure que d’autres personnes proposeront des actions. Ces actions émanent des citoyens, sont animées par des citoyens à destinations d’autres citoyens. N’est ce pas la meilleure méthode pour construire l’Europe des Hommes !

Laisser un commentaire