| | |

Podcast du Cycle de Conférences 2023

Solidarité, puissance, protection : osons l’Europe de demain ! Jeudi 26 Janvier – Denis REDONNET Quelles mesures pour assurer une concurrence équitable entre entreprises européennes et étrangères ? Directeur général adjoint responsable de l’application des régles commercialesCommission européenneDirection du Commerce Mardi 25…

Nucléaire : l’Allemagne et l’Italie illustrent le fossé qui se creuse dans l’UE

Par : Federica Pascale et Julia Dahm | EURACTIV Allemagne et EURACTIV Italie | translated by Anna Martino Dans le même week-end, le chancelier Olaf Scholz a réaffirmé que le nucléaire n’avait pas sa place dans le bouquet énergétique du pays, tandis que l’Italie s’est engagée à accélérer son…

L’industrie de défense française expérimente sa nouvelle doctrine commerciale en Ukraine

Publié initialement sur https://meta-defense.fr/ Une délégation de l’Industrie de defense française s’est rendu à Kyiv pour négocier plusieurs contrats, y compris sous la forme de partenariats avec production locale, afin de soutenir l’effort de guerre ukrainien. Si de nombreux obstacles…

Leadership de l’UE en matière d’IA digne de confiance: garde-fous, innovation et gouvernance

Publié par Thierry Breton, Commissaire européen pour le marché intérieur chez European Commission Comme indiqué dans la lettre d’intention sur l’état de l’Union de la présidente von der Leyen, l’Europe devrait diriger les efforts mondiaux en matière d’intelligence artificielle, guider l’innovation, mettre en place…

Préparation de la défense: renforcer la base industrielle européenne de défense

« Nous travaillerons à une stratégie européenne de l’industrie de la défense », présidente von der Leyen, SOTEU 2023.

Comme l’a annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans son discours sur l’état de l’Union, il est impératif de poursuivre la construction de l’Union européenne de la défense.

|

Avec un effort de défense à 2 % PIB, la France abandonne-t-elle son rôle sur la scène internationale ?

Alors que les débats parlementaires vont débuter à l’Assemblée Nationale autour du projet de Loi de Programmation Militaire pour la période 2024-2030, les ambitions du pays en matière de défense sont désormais connues et détaillées.

Ainsi, l’objectif annoncé de cette LPM à venir sera d’atteindre et de maintenir l’effort de défense du pays à un niveau plus égal que supérieur à 2 % du produit intérieur brut, pour l’amener à 68 Md€ en 2030, contre 43 Md€ en 2023.

En de nombreux aspects, cette nouvelle LPM permettra de prolonger la reconstruction des armées entamée en 2017, après une vingtaine d’années de sous-investissements ayant lourdement détérioré l’outil militaire français, comme partout ailleurs en Europe.

De fait, si en 2019, le Président du Conseil Européen qualifiait publiquement les armées françaises de « meilleures armées en Europe », il s’agissait surtout d’une victoire faute de combattants, alors que la plupart des pays européens avait alors un effort de défense sous la barre des 1,5 % de leur PIB.

L’industrie de Défense est-elle le maillon faible de la posture militaire occidentale ?

Pour une majorité d’occidentaux, en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, l’industrie de défense occidentale représente un atout considérable aux mains des militaires et des dirigeants. Cette perception s’est forgée à la fin des années 80 et au début des années 90, avec notamment la démonstration de force qu’a représenté la guerre du Golfe.

Les armées américaines, européennes et moyen-orientales, toutes équipées de matériels US ou européens, avaient, en effet, très nettement surclassé la 4ᵉ armée du monde, telle qu’elle était alors présentée, qui était majoritairement équipée de systèmes soviétiques avancés comme les avions Mig-25 et Mig-29, les systèmes anti-aériens SA-6, SA-8 et SA-5, ainsi que les chars T72 et véhicules de combat d’infanterie BMP1 et 2.

Espace : quelle souveraineté européenne ?

Le lanceur Vega-C est aux abonnés absents pour une période indéterminée, Ariane 6 pas attendue avant la fin de l’année au mieux… L’accès autonome à l’espace pour l’Europe est menacé.

Ces derniers mois et semaines, le spatial a connu quelques déboires. L’un des derniers en date : l’explosion en vol de la fusée Starship d’Elon Musk est venu montrer à quel point l’accession à l’espace reste un rêve toujours difficilement atteignable. Mais Starship n’est que la suite de plusieurs autres incidents survenus dernièrement comme le raté de l’alunisseur du programme Hakuto-R de la startup japonaise Ispace. Mais c’est surtout l’échec de la fusée européenne Vega-C sacrifiée après avoir dévié de sa trajectoire initiale après plusieurs minutes de vol et les retards annoncés de la fusée Ariane 6 pas attendue avant la fin de l’année qu’il faut ici retenir.

| |

Nous devons nous donner les moyens d’une politique spatiale française, incluant à la fois les champs de la recherche, de la défense et de l’économie

Alors que 10 % du PIB de l’Union Européenne dépend de nos activités spatiales et de ses solutions, la question de l’espace et de ses enjeux ne se pose que trop rarement dans le débat public.

Pourtant, ses applications sont aussi nombreuses que concrètes : Fin des zones blanches avec le déploiement des constellations, conduite autonome et connectivité des aéronefs, géolocalisation et système de navigation, observation de la Terre, prévisions météorologiques et gestion des catastrophes naturelles, agroécologie et agriculture de précision ou encore observation des frontières sont autant d’applications concrètes du spatial pour nos concitoyens et nos territoires.

|

Le dérèglement climatique : une menace pour la paix

Sécheresses, inondations, incendies… Les phénomènes météorologiques extrêmes présagent une insécurité alimentaire grandissante et des migrations environnementales massives. En amplifiant les tensions internes dans les pays fragiles et les conflits pour l’appropriation ou le partage des ressources, le dérèglement climatique menace la paix mondiale.