|

Le suicide démographique de l’Europe

Les projections démographiques des grandes régions du monde sont connues et réévaluées tous les deux ans par les Nations Unies et régulièrement par Eurostat pour les seuls pays de l’Union européenne,

Contrairement à l’Amérique du Nord qui verrait sa population augmenter de 75 millions d’habitants (soit deux fois moins que l’Amérique du Sud), l’Europe pourrait stagner autour de 500 millions d’habitants et perdre 49 millions de personnes en âge de travailler dans la tranche des 20-64 ans, dont 11 millions pour l’Allemagne.

L’Espagne et l’Italie devraient aussi perdre de 7 à 8 millions d’actifs potentiels.

la Chine, le Japon et la Russie perdraient respectivement 38 millions, 20 millions et 15 millions d’habitants alors que l’Inde augmenterait de près de 400 millions d’habitants

Dans le même temps, la population de l’Afrique devrait augmenter de 1,3 milliard, dont 130 millions rien que pour l’Afrique du Nord.

C’est dire que la pression migratoire sur l’Europe va être plus forte que jamais

Ce choc démographique (implosion interne et explosion externe), l’Europe n’en parle pas et ne s’y prépare pas.

Tout se passe comme si le tsunami démographique était moins important que la vague numérique et à Bruxelles on préfère produire des rapports sur les révolutions technologiques, le développement durable ou la transition énergétique.

Comment, dans ces conditions, peut-on avoir une intégration réussie ?

L’intégration se fait d’abord par le brassage des cultures dans les écoles.

Mais quand il y a trop de sable, le ciment ne prend pas. Pour accueillir le maximum de sable, il faut plus de ciment, c’est-à-dire d’enfants parlant la langue du pays quelle que soit leur couleur.

Bref, pour rester ouvert au monde, il faudrait relancer la fécondité en Europe dès maintenant.

« Une des priorités doit être la relance d’une politique incitative pour la famille, pour les enfants et leur éducation, dans le respect de nos références éthiques

Le temps est donc venu, de toute urgence, pour les gouvernements de l’Union Européenne de se fixer de nouveaux objectifs démographiques.

Sinon, parmi les conséquences de notre malthusianisme, les européens n’auront pas la possibilité de contenir, d’encadrer, de sélectionner et surtout de résister aux pressions migratoires qui, par millions, s’apprêtent à déferler sur nos frontières extérieures »

Alain Terrenoire Strasbourg 2020

Les pays européens sont comme des vergers dont les arbres, en plein rendement pendant 40 ans, sont arrivés à maturité sans que l’on ait prévu leur remplacement par de jeunes pousses.

Or, pour investir et consommer, il faut avoir confiance en l’avenir et besoin de s’équiper, autant de caractéristiques qui, malheureusement, régressent avec l’âge. Les ressorts du dynamisme sont les mêmes dans les domaines économique et démographique : le goût de vivre s’exprime à la fois par l’initiative économique et par l’accueil des enfants.

Le mouvement Paneuropéen, par son fondateur

Richard Coudenhove-Kalergi, relayés par Otto de Habsbourg et Alain Terrenoire, attire notre attention :

C’est la survie de l’ensemble des valeurs de notre civilisation européenne qui est en cause.

A lire également

Laisser un commentaire