Nucléaire : l’Allemagne et l’Italie illustrent le fossé qui se creuse dans l’UE

Par : Federica Pascale et Julia Dahm | EURACTIV Allemagne et EURACTIV Italie | translated by Anna Martino

Dans le même week-end, le chancelier Olaf Scholz a réaffirmé que le nucléaire n’avait pas sa place dans le bouquet énergétique du pays, tandis que l’Italie s’est engagée à accélérer son intégration afin de réduire les coûts, de sauver l’économie et de favoriser la transition verte.

L’inclusion du nucléaire par la Commission européenne comme source d’énergie verte dans le règlement sur la taxonomie a mis en évidence les divisions à travers l’Europe. Les États membres se chamaillent sur la question de savoir si cette source d’énergie peut réellement être considérée comme verte et durable.

Mais l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la volonté de remplacer le gaz russe par d’autres sources d’énergie, la nécessité de maîtriser la flambée des coûts de l’énergie et les grandes ambitions en termes d’élimination progressive des combustibles fossiles ont conduit un certain nombre de pays à revoir leur position, voire, dans certains cas, à faire volte-face.

Samedi (2 septembre), le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré qu’ils ne relanceraient pas le « cheval mort » de l’énergie nucléaire après les appels des libéraux, qui font partie de la coalition gouvernementale, à les réactiver suite à la récente sortie du pays de l’énergie nucléaire.

Les dernières centrales nucléaires allemandes, Isar 2, Emsland et Neckarwestheim 2, ont été fermées en avril 2023 malgré la flambée des prix de l’énergie et les craintes d’un hiver froid et cher. Le gouvernement maintient que la sortie du nucléaire, qui a commencé en 2000, rendra le pays plus sûr, car les risques du nucléaire sont ingérables.

Dans une interview accordée à la station de radio Dlf samedi, M. Scholz a souligné que l’utilisation de l’énergie nucléaire dans le bouquet énergétique allemand n’était plus une option.

« En Allemagne aujourd’hui, le thème de l’énergie nucléaire est un cheval mort », a déclaré le social-démocrate.

« Quiconque voudrait construire de nouvelles centrales prendrait 15 ans et devrait dépenser 15 à 20 milliards par unité », a-t-il ajouté.

Les remarques de M. Scholz interviennent après que des représentants du FDP, le partenaire libéral de coalition du chancelier, ont demandé l’arrêt du démantèlement des réacteurs encore utilisables afin de les réactiver.

« C’est la seule façon de rester capable d’agir dans n’importe quelle situation », a déclaré jeudi (31 août) Christian Dürr, chef du groupe parlementaire du FDP, au quotidien SZ.

Les divergences sur la question du maintien de l’énergie nucléaire en Allemagne ont entraîné de graves tensions au sein de la coalition, notamment entre le FDP et les Verts, qui sont foncièrement antinucléaires, à la fin de l’année dernière, jusqu’à ce que M. Scholz intervienne et fixe la date de sortie à avril 2023.

Toutefois, le chancelier a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce qu’une autre intervention de ce type soit nécessaire, car les faits parlent d’eux-mêmes.

« L’énergie nucléaire est à bout de souffle : elle n’est plus utilisée en Allemagne, la sortie a été effectuée légalement », a-t-il souligné.

L’Allemagne a abandonné le nucléaire pour de bon

L’Allemagne a éteint ses trois derniers réacteurs nucléaires samedi, quittant ainsi l’énergie atomique alors même qu’elle cherche à se sevrer des combustibles fossiles et à gérer une crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine.

L’Italie se dirige vers le nucléaire

En Italie, les autorités souhaitent prendre un virage totalement opposé.

Le ministre des Transports et vice-Premier ministre Matteo Salvini a annoncé dimanche (3 septembre) son intention d’accélérer la production d’énergie d’origine nucléaire lors du Forum Ambrosetti à Cernobbio (Lombardie).

Le 8 novembre 1987, l’Italie a dit non à l’énergie nucléaire par le biais d’un référendum, ce qui a entraîné la fermeture de plusieurs centrales nucléaires. Toutefois, le référendum n’introduit aucune interdiction et il n’est pas nécessaire de le réitérer pour poursuivre la construction de centrales nucléaires. Une loi ordinaire décrivant un plan énergétique national suffirait.

L’énergie nucléaire bénéficie d’un large soutien de la part de tous les partis de droite et centre droit et a été mentionnée pendant la campagne électorale par la Lega (ID) et Forza Italia (PPE) d’Antonio Tajani, ainsi que par Fratelli d’Italia (CRE), le parti de la Première ministre, Giorgia Meloni.

« Ce sera un gouvernement législatif, et si nous avons bien travaillé, j’espère que nous aurons aussi les cinq prochaines années. Dans ce laps de temps, je suis convaincu que ce gouvernement, avec la conformation actuelle, sera en mesure d’inaugurer la première production (d’énergie) dérivée du nucléaire », a déclaré M. Salvini.

« Je crois que l’Italie doit, au cours de cette année, reprendre ses recherches et sa participation à l’énergie nucléaire. L’Italie ne peut pas s’y soustraire. Je suis convaincu que […] ce gouvernement aura la force d’expliquer aux Italiens pourquoi, au nom de la neutralité technologique, nous ne pouvons dire non à aucune source d’énergie », a expliqué M. Salvini, qui n’a pas non plus épargné à l’UE de lourdes critiques concernant les contraintes budgétaires qui pèsent sur les dépenses publiques.

« Si l’Europe nous demande des objectifs verts ambitieux en matière de logement et de voitures en sacrifiant l’agriculture et la pêche, elle ne peut pas imposer des contraintes budgétaires qui permettent à d’autres d’entrer dans notre maison », a déclaré le dirigeant de la Lega.

Entre-temps, le ministre de l’Environnement et de la Sécurité énergétique, Gilberto Pichetto Fratin, a annoncé que, le 21 septembre, des institutions et des entreprises se réuniraient au ministère pour la première réunion de la Plateforme nationale pour un nucléaire durable. Cette nouvelle entité servira de liaison et de coordination entre tous les différents acteurs nationaux qui, à divers titres, s’occupent de l’énergie nucléaire, de la sécurité et de la radioprotection, ainsi que des déchets radioactifs.

« Nous sommes engagés dans l’expérimentation de la fusion, avec plusieurs accords au niveau international, et nous accordons la plus grande attention à la fission de quatrième génération, ce qui signifie également l’évaluation de petits réacteurs qui, d’ici dix ans, pourraient être une opportunité pour le pays », a déclaré M. Fratin.

L’Italie se tourne vers l’énergie nucléaire pour compléter son bouquet énergétique

Investir dans le nucléaire est nécessaire pour que l’Italie poursuive ses objectifs énergétiques et assurerait le respect du principe de la souveraineté énergétique européenne, a déclaré Luca Toccalini, député de la Lega (ID).

Le bourbier énergétique européen

Si l’Allemagne, première puissance européenne, est en pointe dans la lutte contre le nucléaire, l’Autriche y est également fermement opposée. En novembre 2022, Vienne a intenté un procès à la Commission européenne pour avoir accordé le label vert à l’énergie nucléaire dans le cadre de la taxonomie des finances durables de l’UE.

À l’époque, la ministre écologiste de l’Environnement, Leonore Gewessler, a déclaré que l’Autriche maintiendrait sa position antinucléaire vis-à-vis de ses voisins.

La semaine dernière, le président français Emmanuel Macron s’en est pris à l’Allemagne pour sa position, accusant Berlin de s’opposer délibérément à l’acceptation croissante du nucléaire en Europe.

« Ce serait une erreur historique de […] ralentir l’investissement dans l’énergie nucléaire […] en Europe », surtout si cela aboutit à favoriser « plus de charbon », a affirmé M. Macron, déclenchant probablement le message de M. Scholz de ce week-end.

La France est également un acteur clé de l’alliance du nucléaire et a clairement indiqué que « le nucléaire français n’est pas négociable et ne le sera jamais ».

La Belgique a récemment interrompu la sortie du nucléaire prévue pour 2025 en raison de recours juridiques et de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Elle a choisi de reporter de dix ans la fermeture de deux réacteurs.

Dans d’autres régions d’Europe, l’énergie nucléaire est un élément essentiel du bouquet énergétique et les gouvernements ne montrent aucun signe de volonté d’en sortir. Par exemple, la Bulgarie, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie et la Croatie ont toutes des réacteurs nucléaires en activité qui fournissent une part importante de l’énergie nationale.

Les gouvernements de ces pays envisagent d’accroître leurs capacités.

Dans les États non membres de l’UE, l’Albanie, à la suite d’une réunion entre le Premier ministre Edi Rama et Giorgia Meloni, envisagerait une collaboration dans le domaine de l’énergie nucléaire. Le sujet a été abordé à plusieurs reprises dans le pays après sa transition démocratique en 1991, mais aucun projet ferme n’a été élaboré.

La Serbie et le Kosovo ne possèdent actuellement aucune centrale nucléaire et ne prévoient pas d’en construire dans un avenir proche. Toutefois, en 2022, la vice-Première ministre serbe Zorana Mihajlovic a déclaré que la Serbie avait besoin de centrales pour atteindre ses objectifs en matière d’énergie renouvelable.

À l’autre bout du spectre, l’Espagne et le Portugal, tous deux dirigés par des gouvernements socialistes, restent fermement opposés à l’énergie nucléaire. Toutefois, un changement de gouvernement à Madrid pourrait permettre de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires du pays.

Alors que le Portugal s’appuie sur l’énergie hydraulique, l’Espagne continue d’importer du gaz russe, dont le volume a été multiplié par deux en mai dernier.

Avec la dernière déclaration de l’Allemagne et l’accélération des plans de réactivation de l’Italie, l’Europe pourrait bientôt se trouver tiraillée entre des États membres qui choisissent leur camp en matière de nucléaire et de dépendance à l’égard des combustibles fossiles, en particulier du gaz russe.

A lire également