| | |

La réalité des frontières et l’Union Européenne

Parler de frontières, à propos de l’Union européenne est en soi un problème
 L’Union européenne n’est pas un état, c’est une entité juridique ambigue, elle dispose d’une certaine souveraineté dans certains domaines et pas dans d’autres.
Qui dit souveraineté dit mise en œuvre de politiques dans un certain territoire, le territoire étant par définition limité.

l’UE n’est pas un état , donc on devrait plutôt parler de limites que de frontières.
 Le projet européen est un projet afrontalier car nulle part les textes européens ne disent où doit s’arrêter l’Union européenne, donc on ne sait pas jusqu’où l’élargissement peut aller.

 l’Union européenne est elle un territoire ?

«  c’est une combinaison de politiques,un agencement de politiques, plus ou moins communes, communautaires, intégrées,supranationales ou pas, avec une dose plus ou moins grande d’inter-gouvernmentalisme. »
 Et les politiques portées, mises en œuvre par l’Union européenne ne sont pas déployées dans des espaces superposables d’ou des frontières  difficiles à déterminer et un flou artistique

 L’Union européenne et son voisinage

L’Union européenne doit entretenir des relations fortes avec les pays de son voisinage car ce qui se
 passe dans son voisinage impacte  son territoire ;elle n’est pas une entité isolée
 d’ou la nécessité d’amener les pays de son voisinage à apporter, à adopter des comportements qu’elle considère conformes à ses propres standards et  ainsi devenir acceptables.
 Elle recherche un environnement régional, prédictible et sécurisant pour elle avec par exemple une exportation de normes européennes dans le voisinage,

Quid des frontières linéaires ?

Avec  la question migratoire ,l’Union européenne a une limite extérieure qui correspond
 à la limite de l’espace Schengen, mais  tous les pays membres de l’Union européenne ne sont pas membres de Schengen.
 Il y a des accords qui sont passés avec les pays du voisinage
 ce qui est une façon de les impliquer dans la politique migratoire européenne.

Il y a des partenariats pour la mobilité, pour faciliter éventuellement l’entrée de ressortissants dans le territoire communautaire.

Il y a des accords pour aligner des  législations sur la législation européenne notamment en matière de gestion et de criminalisation des flux migratoires illégaux.

Quel  territoire européen ?

Une communauté européenne dépourvue de  frontières claires, implique une réalité
 européenne  très difficile pour les européens eux mêmes de s’approprier,

 Les européens ? les citoyens européens ?

Pour que les citoyens européens s’approprient la réalité communautaire européenne comme  une ère de légitimité politique, il ne faudrait pas  un territoire communautaire  lui-même très flou et instable.

 la réussite du projet européen passe par son appropriation par les citoyens et si le projet
 européen lui-même n’est pas mieux défini ,sur un plan territorial associé à l’idée de souveraineté et d’exercice d’un certain nombre de prérogatives politiques, l’avenir restera incertain
La Suisse et la Norvège devraient en ètre
Et sur le plan territorial la question des pays des Balkans est fondamentale
Tous les pays des Balkans sont partie intégrante de l’Europe
Ils tiennent une place fondamentale pour la sécurité
ils ont leur place dans notre histoire , ils sont une composante de notre avenir commun
Comment imaginer que le Monténégro, la Serbie, la Bosnie Herzégovine, la Macédoine du Nord , le
Kosovo et l’Albanie n’y soient pas alors que la Croatie, la Roumanie, la Bulgarie  leurs voisins immédiats en soient ?

 Le mouvement Paneuropéen est à leurs cotés et les soutient dans leurs démarches

A lire également

Laisser un commentaire