RENAISSANCE

L’Europe est née de la volonté partagée de quelques hommes d’État visionnaires profondément imprégnés de leurs cultures nationales mais aussi conscients de ce qui, en tant qu’Européens, leur faisait partager une communauté de destin

L’Union Paneuropéenne internationale a été fondée au lendemain de la première guerre mondiale, en 1926 à Vienne, par Richard Coudenhove-Kalergi qui a publié en 1923 son livre-manifeste Paneuropa où il préconise la création d’une union des États européens, union qui lui semble le seul moyen d’éviter que se reproduise la catastrophe de 14-18 :

 « L’Europe, dans son morcellement politique et économique, peut-elle assurer sa paix et son indépendance face aux puissances mondiales extra-européennes qui sont en pleine croissance? »

L’Europe vit 2 contestations

Une contestation interne avec le vote britannique en faveur d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE, et une défiance croissante des citoyens vis-à-vis de l’UE.

une progression de l’euroscepticisme, et des citoyens européens qui se  détournent des institutions européennes

Une contestation externe avec les USA qui maltraitent ses alliés et la Chine qui quadrille le monde et ses richesses  à son profit

L’Europe vit une quadruple crise :

   sanitaire, démocratique, économique et migratoire

mais l’Europe reste riche de ses valeurs et de ses acquis

  la paix , fondement du projet européen

  la reconnaissance des droits et libertés fondamentaux.

  la Charte des droits fondamentaux de l’UE qui  dessine les contours du    modèle social européen :

droit en faveur des travailleurs9, droit d’accès aux prestations de Sécurité sociale et aux services sociaux, droit à une aide sociale et à une aide au logement, niveaux élevés de protection de l’environnement et de la consommation.

  La répartition plus égalitaire des richesses.

  la construction d’un espace commun, sans frontières.

frontières économiques d’abord avec la libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et des travailleurs ; frontières physiques ensuite avec l’espace Schengen et la définition d’une citoyenneté européenne.

  Un financement d’ infrastructures,

  Un rattrapage des pays du Sud d’abord et des pays d’Europe centrale ensuite.

  Une puissance commerciale combinée à l’importance de son marché intérieur (500 millions de consommateurs et 22 millions d’entreprises)

Alors quel type d’Europe voulons-nous ?

Une Europe de rentiers et de consommateurs?

Une Europe uniquement faite d’importateurs qui iront chercher tous les produits nouveaux ailleurs ?

Une Europe de consommateurs qui iront dépenser leur argent dans les pays à faible pouvoir monétaire ?

Une Europe de dépendances ?

Etre finalement une Europe de nations passives?

Ou la Renaissance de l’Europe avec

une réaffirmation des valeurs communes,

une réactualisation des finalités de l’Europe 

une clarification des compétences

Donner du sens à l’Europe,

Une Europe qui a un rang à tenir dans le contexte géopolitique mondial

pour protéger les peuples , pour affirmer ses principes et ses idéaux

Une Europe qui serre les rangs  ,qui retrouve son indépendance et qui cultive sa solidarité

Donner du sens

-C’est «Rendre le citoyen acteur de son destin»

Le citoyen en Europe  a titre individuel est perturbé par un monde bouleversé, dans l’espace et le temps, par le fossé qui se creuse entre le riche et le pauvre, par la prise de conscience de la mondialisation et de «l’Autre», couplée à la réalité palpable d’une terre qui a ses limites notamment au plan des ressources naturelles.

Le citoyen en Europe constate notamment la faiblesse des gouvernants, des pseudos sachants ou des institutions désormais trop rigides pour des réactions appropriées.

-C’est prendre en considération que ce sont les hommes et les organisations qui font d’autant plus la différence face aux changements qu’ils mobilisent leur intelligence pour s’y adapter (pré-activité) et pour les provoquer par l’innovation (pro-activité). C’est bien l’initiative qui crée la richesse et l’activité

L’Europe doit soutenir toutes les initiatives dans le domaine de l’IA , les biotechnologies , les semi conducteurs etc

  • C’est démontrer pourquoi un regroupement des États européens est bénéfique, et expliquer pourquoi l’union nous renforce et la désunion nous affaiblit.
  • C’est  poser la question de l’articulation entre les niveaux nationaux et européens. 
  • C’est définir ce que les États membres veulent faire ensemble et reconnaître que certaines politiques seront mieux gérées en commun.

L’Europe doit définir la mise en commun d’une souveraineté, déléguée à une institution européenne, et subordonnée à un objectif commun  associée à a mise en œuvre du principe de subsidiarité

L’Europe doit donner un socle solide à l’euro

-une monnaie indépendante avec des chambres de compensation différentes de celle des etats unis

  • des agences de notation européennes
  • des bourses de matière première européennes
  • des fonds d’investissements européens dédiés aux technologies du futur

-Un indicateur européen différent du pib  qui prendrait en considération la production de biens et de services, mais en leur attribuant un signe positif ou négatif selon leur adéquation avec la nouvelle perspective choisie, et prenant en compte :

  • La qualité des services à la population (dont la santé, la justice, la sécurité),
  • La préservation des ressources naturelles y compris énergétiques,
  • la réduction des émissions de gaz à effet de serre,
  • l’économie d’espace (en opposition à l’artificialisation des sols),
  • La réparabilité des équipements et les taux de recyclage,
  • La renaissance de la faune et de la flore dans leur diversité,
  • Etc.

L’Europe  doit passer d’une concurrence interne à une concurrence externe avec un principe de réciprocité dans les accords de libre-échange et doter l’UE d’instruments de défense commerciale face aux comportements non coopératifs.

L’Europe doit ètre appropriée : enseignée dès l’école primaire

L’Europe doit créer des universités européennes fondées sur un enseignement transdisciplinaire et se doter d’instituts de notation européens

L’Europe doit répondre aux grands défis du moment, de nouvelles problématiques globales pour lesquelles une mise en commun des compétences au niveau européen est indispensable.

Les expériences d’économie circulaire, dans les échanges de biens et services constituent un bel exemple, qui doit servir de tuteur pour les domaines institutionnels, économiques et financiers.

La transition climatique et le développement durable

le développement durable ne se réduit pas aux problématiques environnementales  (milieux naturels , ressources , risques, pollutions qualité de la vie…) mais a une surface plus large socio économique  , économique (croissance ) et sociale ( éducation, santé, respect des libertés des hommes , en entreprise, en société et sur la planète (concept du biomimétisme)

Le développement durable est il un développement soutenable ?

Prenant en considération l’environnemental , mais aussi l’économique et le social ?

 Pour définir le développement durable, il nous faut savoir si nous voulons servir l’Homme.

« L’Homme est la plus précieuse des richesses » , telle est une pensée du credo de la Jeune Chambre économique

Oui, l’Homme est au cœur du développement durable

Mais comme le soulignait  Michel Godet « il n’y a pas de développement durable sans enfant, et pas de croissance sans berceaux »

Pour nous, européens, avec notre  suicide démographique en cours, est ce notre priorité ?

Le développement durable est il soutenable ?

Oui l’agro écologie est un retour à la sagesse de nos Anciens mais comment  expliquer  à l’industriel que ses investissements pour avoir des pommes de tel diamètre sont  à mettre au titre des pertes et profits ?

Comment expliquer à l’agriculteur qui a acheté un super système d’irrigation , un tracteur novateur  avec clim, des semences qu’il a dû payer d’avance , des engrais et pesticides qu’il a dû payer illico et ses dernières récoltes qui sont payées à 3 ou 6 mois , donc à cet agriculteur qui ne vit qu’à crédit , qu’il faudrait changer de paradigme ?

Pour nous, européens , comment concilier souveraineté alimentaire et respect de la santé avec les systèmes de production actuels et la mondialisation ?

Le développement durable est il soutenable ?

Le développement  durable a pour mission de ne pas compromettre les  capacités des générations futures

Certes, mais  avec une société qui vit au dessus de ses moyens  et qui sans vergogne prend dans la poche de ses enfants  avec une dette publique abyssale  parle t’on encore d’héritage ou de prise en considération de nos héritiers ?

Le développement durable est il soutenable ?

Des années d’esprit d’extrême consommation nous ont elles préparées  à l’ascèse du développement durable. ?

« L’HUMANITE S’IDENTIFIE ELLE-MÊME EN PRENANT CONSCIENCE COLLECTIVEMENT DE SON DESTIN ! » s’écriait un des intervenants du CESE en 2015

Le développement durable est il soutenable ?

Le développement durable ne réduit pas chaque personne humaine à l’état de statistique et de globalité mais fait du sur- mesure pour tout Homme , pour chaque Homme

Agir en ayant la Conscience de la Terre  , se heurte au problème que ce qui appartient à tout le monde n’appartient à personne

 Le développement durable ne peut être recherché sans une participation et une responsabilisation de tous.

Redonner le primat à la Responsabilité envers l’autre et pour l’autre est au cœur du débat sur le développement durable.

Le développement durable  est-il soutenable ?

Avant d’être partagée ou réinvestie, la richesse doit être gagnée. L’objectif du développement durable nous oriente nous-mêmes vers  une vie revisitée en tenant compte des réalités et de ses exigences

  • Les choix financiers, techniques, scientifiques ont une influence directe sur l’avenir de notre planète, sur les équilibres micro et macro-économiques, la santé, le développement culturel, la vie familiale
  • La  volonté et l’ intervention du politique et du législatif peuvent  orienter les comportements, poser des limites, donner des orientations et des contraintes sur ce qui est indispensable
  • La qualité des comportements de tous  peut générer la confiance et une responsabilité collective vis-à-vis du développement durable.
  • Le sens  à donner au développement durable  s’éclaire au niveau
  • Des  finalités  individuelles (par exemple, notre bien-être, notre confort),
  • Institutionnelles (par exemple, la performance de l’Europe)
  • Altruistes, tournées vers le bien de toutes les personnes, celles que nous ne connaissons pas (par exemple, la génération future ou la personne qui vit à l’autre bout de la planète).

Citons Le livre du Deutéronome qui place dans la bouche de Dieu cette parole : « Vois, je place devant toi la vie et le bonheur, la mort et le malheur, choisis la vie ! »

La transition numérique conduit à l’effacement des frontières et à la mise en cause de la souveraineté réglementaire et fiscale des États.

L’Europe ne peut plus s’en remettre aux États-Unis pour assurer sa sécurité. Elle doit pouvoir faire face à des menaces multiformes.

L’Europe doit  pouvoir assurer la sécurité de ses citoyens :

  • sécurité physique par la lutte contre le terrorisme international sous toutes ses formes ; sécurité économique en retrouvant un chemin de prospérité 
  • sécurité sanitaire en maitrisant les capacités de production de médicaments
  • sécurité alimentaire en mettant en place une indépendance agricole européenne

L’Europe doit établir une politique migratoire associant l’exigence de la coopération celle de l’hospitalité , celle de l’intégration professionnelle supportable

Maintenant

L’Europe a une mission à remplir devant les générations futures

  •  Montrer du courage
  • L’Europe et une géographie à lier
  • L’Europe et une histoire à réenchanter
  • Une Europe  d’audace 
  • Une Europe de désir
  • Une Europe volontaire
  • Une Europe qui s’ennuie de l’administration de l’Europe et qui veut redonner du sens
  • Une Europe de démocratie
  • Une Europe indépendante , puissante souveraine
  • Une Europe  fraternelle une Europe avec nous
  • Des peuples solidaires porteurs d’idées à protéger
  • Des peuples aux racines greco romaines
  • Des peuples aux racines judéochrétiennes
  • Des peuples libres et humanistes
  • Pour un territoire de 500 millions d’hommes et de femmes
  • Des hommes et des femmes qui défendent les libertés individuelles
  • Des hommes et des femmes qui abolissent la peine de mort,
  • Des hommes et des femmes avec le droit d’aimer ou pas
  • Des hommes et des femmes avec le droit de croire ou pas

A lire également

Laisser un commentaire