Préparation de la défense: renforcer la base industrielle européenne de défense

Publié par Thierry Breton, Commissaire européen pour le marché intérieur chez European Commission

« Nous travaillerons à une stratégie européenne de l’industrie de la défense », présidente von der Leyen, SOTEU 2023.

Comme l’a annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans son discours sur l’état de l’Union, il est impératif de poursuivre la construction de l’Union européenne de la défense.

Avec le retour des conflits de haute intensité sur le continent européen, nous devons adapter nos armées et nos industries aux nouvelles réalités et aux nouvelles menaces.

D’une part, la sécurité de l’approvisionnement et la capacité d’intensifier les activités sont devenues essentielles. Nous devons produire plus et plus vite, sans dépendre des autres.

D’autre part, nous devons continuer à investir. Et nous devons le faire tout en évitant la fragmentation au sein de l’UE. Injecter plus d’argent de manière dispersée et non coordonnée ne ferait qu’exacerber nos inefficacités!

Sur la base de notre soutien initial à la coopération en matière de défense dans la phase de R&D par l’intermédiaire du Fonds européen de la défense, nous avons introduit, depuis le début de la guerre d’agression de la Russie en Ukraine, de nouveaux instruments pour renforcer et élargir la coopération en matière de défense.

Tout d’abord, EDIRPA, un instrument de consolidation de la demande et de soutien aux acquisitions conjointes à hauteur de 300 millions d’euros. Il donnera une plus grande visibilité et une plus grande sécurité en ce qui concerne l’acquisition de capacités de défense par les États membres.

Deuxièmement, un instrument de 500 millions d’euros pour le soutien direct à la capacité de production de munitions industrielles – PASA, pilier 3 du plan de munitions pour l’Ukraine. Ce programme investira pour soutenir la montée en puissance de la production de munitions et de missiles.

Bien entendu, tous ces instruments fonctionnent en synergie avec la facilité européenne pour la paix, qui a joué un rôle décisif dans le soutien au transfert d’armes vers l’Ukraine.

Sur la base de ces réalisations, nous devons maintenant préparer notre futur cadre de coopération en matière de défense. Parce que la guerre risque de durer. Parce que l’architecture de sécurité de l’Europe sera impactée pendant longtemps.

Parce que, en tant qu’Européens, nous devons renforcer notre rôle de garant de la sécurité pour notre propre continent.

Une Europe plus forte au sein de l’OTAN signifie une OTAN plus forte.

Une Europe plus forte en matière de défense, c’est avoir la liberté de choix en matière de sécurité, et ne pas dépendre de décisions prises ailleurs. Il s’agit de la préparation européenne à la défense.

C’est pourquoi nous présenterons une stratégie européenne pour l’industrie de la défense.

Dans ce contexte, nous travaillons sur un programme européen d’investissement dans la défense (EDIP).)

Nous devons maintenant compléter nos outils par un programme en aval visant à consolider et à étendre le soutien à l’industrie européenne au-delà de 2025. Mais aussi d’établir un cadre réglementaire qui peut être activé pour soutenir la production de défense en cas de besoin – une sorte de loi sur la production de défense à l’européenne.

Protection des espaces contestés

Au-delà de la question industrielle qui sous-tend tout approfondissement de la politique européenne de défense, nous accélérons la mise en œuvre de la boussole stratégique, pour former pour la première fois une doctrine européenne de défense.

Avec un objectif commun: garantir le libre accès et la liberté d’action de l’Union dans tous les domaines stratégiques et contestés: cyber, spatial, maritime ou aérien.

Nous devons faire davantage pour protéger chacune de ces zones contestées autour de capacités véritablement européennes: des projets européens de défense d’intérêt commun.

Parce qu’aucun État membre ne peut à lui seul les protéger.

Tout d’abord, le cyberespace. Nous devons mettre en place un cyber-bouclier: une infrastructure européenne pour la détection avancée des cyberattaques. Nous en avons présenté un embryon dans le Cyber Solidarity Act, autour d’une infrastructure de SOC (centres d’opérations de sécurité) et d’une réserve cyber permettant une plus grande solidarité entre les États membres. Nous devons d’abord nous mettre d’accord là-dessus, puis le développer et l’élargir.

Puis l’espace. Face aux risques croissants de conflits, nous devons avoir les moyens de défendre nos intérêts stratégiques et de protéger nos infrastructures spatiales : Galileo, Copernicus et bien sûr, la nouvelle constellation sur la connectivité sécurisée : IRIS2.

Je pense qu’il est maintenant temps de consolider une capacité européenne de détection et d’identification des menaces – un véritable système européen de connaissance du domaine spatial (SDA) et de présenter un droit spatial.

Sur le maritime maintenant. L’Europe ayant la plus grande zone maritime exclusive au monde, nous devons renforcer notre capacité à surveiller cet espace contesté, notamment en ce qui concerne la protection des fonds marins et des infrastructures critiques qui le composent.

Et de développer, sur le modèle de la Corvette multirôle européenne, nos capacités stratégiques européennes en mer. A long et moyen terme, il sera inévitable de se poser la question d’un porte-avions européen.

Enfin, à l’antenne. Là encore, nous devons avancer vers un système européen de bouclier antimissile, basé sur des solutions d’intercepteurs hypersoniques développées en commun.

En Europe, nous avons collectivement tout ce qu’il faut pour renforcer l’Union de la défense en termes de technologie, de base industrielle, de compétences et de savoir-faire. Nous avons également une longue expérience dans les projets de coopération militaire.

Alors faisons-le, faisons-le conjointement.

A lire également