L’IA a tué les RH 1.0 … qui ne le savent pas encore

  • Publié le 29 juin 2020

Pierre Paperon Fondateur chez Ferme Royale du Berry

A l’origine de cet article est la découverte d’une application que l’on peut greffer sur les réseaux sociaux et notamment LinkedIn. C’est un simple add-on qui ne marche pour l’instant que sur Chrome. Vous allez probablement l’installer pour tester suite à la lecture de cet article. Je vous préviens par avance du côté vertigineux de ce que vous allez expérimenter, surtout en termes d’émotions. Le « Wow » va côtoyer le « Noooon ?! » avant de glisser vers « ils l’ont fait !! » pour évoluer vers « c’est dingue » puis essayer de comprendre « ils font ça avec seulement mes posts ? » pour laisser place à des questions d’un autre niveau « ont-ils le droit de me scanner comme cela ? », « mais si tout le monde se met à faire ça ? », « et si c’était déjà une pratique courante ? » …

Comme vous allez le découvrir, il est possible d’aller plus loin et de choisir le mode action ou « playbook » (livre d’engagements) en fonction de l’objectif poursuivi : interview, négociation, partenariat business, lettre à écrire … Et l’émotion initiale laisse alors place à un malaise indéfinissable. On ne « google » plus quelqu’un on peut maintenant le « crystaller » ou scanner et planifier au mieux son interaction avec lui, que l’intention soit louable ou pas. Le viol symbolique n’est pas très loin. Et cela dote un top départ à une mutation d’ampleur des RH et la manière de gérer l’humain à des fins capitalistes (pardon a posteriori pour le titre mais il traduit ma lecture immédiate de l’impact). C’est un gros sous-marin encore en immersion périscopique qui va bientôt sortir. Vous voilà prévenus et peut-être armés, d’un point de vue individuel autant que collectif.

On est clairement passé de l’ère de « Big Brother is watching you » à celle de « Your Brother is profiling you ».

Crystal ou l’IA sémantique qui ouvre la porte du monde intérieur

Crystal, c’est le nom de la société qui a mis cette solution au point, est très directe dans les buts poursuivis. L’accroche de leur home page est très claire sur les champs d’application : gagner des nouveaux clients, développer des talents et constituer des équipes. Et une promesse vertigineuse : « l’application qui vous indique la personnalité de n’importe qui ».

Je vous laisse faire votre propre opinion sur ces objectifs en vous rendant sur leur site et en téléchargeant l’application : https://www.crystalknows.com. Il ne reste plus qu’à aller sur LinkedIn en utilisant le navigateur Chrome, accéder à votre profil ou à celui de quelqu’un d’autre, lancer l’analyse par un simple clic sur la petit icône ou la barre latérale. La réponse arrive 15 secondes plus tard sous la forme d’un résumé simple

XX tends to appreciate novel experiences and may resist getting stuck in a repetitive routine.

accompagné de recommandations de communication avec elle (« Communicate in-person and casually ») ainsi que ce que la personne aime (« new ideas ») ou n’aime pas (« forceful interactions »). Mais aussi des activités préférées : « Enjoying a story more than a list of facts », « Celebrating shared victories », « Solving a problem by getting insight from others ».

Et le point ici n’est pas que cela est vrai ou faux mais qu’un logiciel, sur un simple accès à votre compte LinkedIn pour sa partie publique est capable de déterminer, d’affirmer, d’évaluer, de définir, de cerner … et de le rendre sous une forme digeste et directement utilisable.

Aucun texte alternatif pour cette image

Vous vous êtes probablement appliqué cette évaluation à vous même et vous en mesurez alors toute la pertinence. Mais le passionnant, rappelez vous on est dans la phase « wow », est la comparaison qui peut être faite ou la caractérisation de votre profil qui ouvre la voie à ce qui est d’habitude le résultat de tests psychologiques (qui sont encadrés par la loi du 31 décembre 1992) : vous êtes « profiler » comme étant initiateur, influencer, analyste, supporter, architecte … suivant une méthode qui n’est pas très clairement précisée par le site au contraire des WISC, MBTI … Une grosse boite noire questionnée par de multiples articles d’ailleurs. La phase « wow » vient de s’éteindre pour laisser la place à un « oh oh » en pensant à tous ceux qui pourraient mettre beaucoup de personnes à évaluer dans des boites sans trop d’effort ni de réflexion ou d’éthique personnelle.

Outil tourné vers l’action et la persuasion plus que l’analyse

Les tests habituels sont là pour conforter des hypothèses de recrutement, de validation du profil d’un candidat pour un poste particulier … ici, en plus de cela, tout est tourné vers l’interaction avec d’autres et l’optimisation de cette interaction. Les champs de recommandations sont incroyablement multiples. Cela va des points qui sont des sources d’énergies pour la personne (« feeling accepted »), à des déclencheurs de stress (« feeling excluded from events ») ou des modes de communication privilégiés (« make time for small-talk »), et des comportements à adapter lors de la rencontre ou du travail avec elle : « Keep the discussion positive », « Highlight shared victories », « Be open to a longer meeting », « Let her have a bit of flexibility », « Agree on a common goal », « Verbally praise and appreciate good work ».

Vous vous dites peut-être que ce sont des phrases standards … et bien non, je l’ai testé sur une dizaine de personnes (la limite de la version gratuite) et le résultat est très « sur-mesure » et en ligne pour 80% des affirmations. Ce qui m’a donné la base de crédibilité pour 1) une application solide à des personnes moins bien connues 2) vous en parler au travers de cet article.

Aucun texte alternatif pour cette image

L’outil donne sa pleine puissance d’accompagnement avec le paramétrage de son action et de son intention pour avoir tous les documents, scripts, emails, verbatim … dont on peut avoir besoin pour arriver à ses fins (je sais, on vient de quitter le « oh oh » pour « holala »).

Les phrases sont assez précises, pour l’instant en anglais mais on peut imaginer la propagation mondiale au vu du succès aux US : « I think you’ll really enjoy this feature… », « Other companies who use this product include… », « I love hearing people react to this… »

Et des modes d’actions comme « How do you feel about this so far? », « I think you’ll really enjoy this feature… », « Other companies who use this product include… », « I love hearing people react to this… » …

Si vous avez besoin d’écrire un mail. C’est fait. Si c’est un script pour un appel téléphonique, la trame est là aussi …

Toujours plus loin … les fameux « Playbooks » ou programmes

Aucun texte alternatif pour cette image

Au-dela des recommandations d’action ou d’interaction, la solution va plus loin et malgré le nom « play », on ne joue plus vraiment. C’est une partie qui s’appelle Playbook et qui va permettre à tout un chacun de compléter sa connaissance de la personne et d’approcher les éléments habituellement réservés au coaching avec les têtes de chapitre suivantes : Getting To Know XX-XXX, Communicating with XX-XXX, Working with XX-XXX, Selling to XX-XXX, Career Advice for XX-XXX, Leadership Advice for XX-XXX, Evaluating XX-XXX for A Job …Le

L’étape finale est franchie avec toutes les recommandations toujours plus personnalisées d’actions envisagées avec la personne. Ce n’est plus seulement elle qui est décortiquée mais maintenant c’est la relation avec elle qui est analysée et optimisée … ce qui ouvre un pan assez nouveau pour balayer les possibles, réfléchir, prendre du recul … ou bien, si l’on est par exemple dans souci de traitement plus industriel, d’avancer vite : imaginez un centre de télévente équipé d’un tel outil. C’est aussi, vous le découvrirez peut-être, un outil de productivité incroyable une vingtaine de template sont générés à chaque analyse de profil que ce soit pour l’obtention d’un rendez-vous, pour remercier de la participation à un évènement, pour discuter d’une augmentation de salaire, pour répondre à un investisseur … (et ils sont customisés, j’ai vérifié).

Une nouvelle ère s’ouvre pour les RH comme pour les ventes …

Le propos ici n’est pas de critiquer ou juger, c’est plutôt de signaler que l’IA tant vantée ou décriée vient de faire son entrée, de manière plutôt discrète, dans des champs de l’entreprise encore en jachère. Les soft skills par exemple sont finement analysés et concentrés par l’outil car il a accès à la volumétrie de data nécessaire (toutes les traces interactionnelles, les vitesses de réponse, les émotions des likes, les spectres sémantiques utilisés, les sujets préférés, les postures adoptées, … une sacré matière quand on s’y arrête).

C’est un 360° presse-bouton qui émerge

avec son cortège de déclinaisons et d’utilisations. Je me rappelle de la mise en place de Sherlock de mon temps de dg dans le groupe Danone en 2001 : très utile pour traiter les dizaines de milliers de CVs reçus tous les jours avec un réglage de filtre qui permettait de ne pas louper des hauts-profils desservis par des diplômes non standards.

Aucun texte alternatif pour cette image

On sent qu’ici autre chose est en jeu et qu’une autre compétence est convoquée : vous pouvez ne plus prendre que des candidats profilés « leader » ou « influenceur ». Ou au moins les sélectionner en tant que tel et cela par un simple branchement sur le profil. Ou définir l’adéquation avec une équipe dans laquelle le candidat va s’intégrer par la suite. Ou bâtir l’argumentation pour flinguer telle ou telle personnes.

On entre vraiment dans une phase qui dépasse celle où l’on adaptait le « fais pas ci fais pas ça » de Jacques Dutronc à l’internet : « ne fait pas et ne dis pas n’importe quoi sur les réseaux sociaux, l’internet n’oublie rien et cela ressortira ».

C’est un astéroïde d’une certaine taille qui va propager son onde d’impact à ce monde feutré et pas tout le temps très affuté des RH. Une bombe à neutrons qui peut faire beaucoup de morts humains sans que l’environnement ne soit touché.

La nouvelle ère est claire, ou « cristal clear » pour rebondir sur le nom de la société qui est on ne peut mieux choisi : quoique vous fassiez ou ayez fait, les traces laissées sont rassemblées et reconstruites pour proposer un tout cohérent qui fait sens (à défaut d’être vrai mais on sait bien que le vrai est très relatif et temporel pour l’être humain) et peut être utiliser à tort et à travers.

On a basculé dans le méta-sémantique avec un décodage holistique pour cerner l’intra-psychique de tous accessible à tous

L’OCDE a donné des principes pour l’IA en 1999 (merci Nicolas Ehlerman) : l’intelligence artificielle adoptés à l’OCDE … Ils sont déjà largement dépassés. Comme pour l’utilisation des bracelets connectés déjà mentionnés dans un post précédent où l’on peut mesurer votre excitation ou réponse émotionnelle en temps réel avec votre activité sur internet.

… ou le coaching

Dernier point d’attention semble être pour le coaching et sa pratique. L’outil explore la voie de l’auto-coaching ou développement personnel. Cela va chahuter par moment avec les interventions de coach. La question éthique va se poser de manière encore plus crue car le logiciel est-il au service de l’individu ou bien de l’entreprise qui lui a payé l’accès au logiciel. Cela dit, ces questions éthiques ne sont résolues dans la « vraie vie » (IRL :). J’ai connu le cas d’une coach qui était dans une relation personnelle on ne plus avancée mais cachée à l’ensemble de la société avec le CEO d’une grande entreprise de 4000 personnes … et qui coachait les membres du COMEX.

Comme toujours l’outil mis à disposition n’est rien, qu’il se nomme nucléaire, téléphone, internet, mobile, voiture … c’est l’être humain qui l’utilise et la destination qu’il lui donne qui peut poser le problème. Et à notre ère des fake news 1.0, imaginons les fake news 2.0 où il va être possible de vous servir le mensonge le plus acceptable pour vous et la forme parfaite pour pénétrer votre barrière d’incrédulité et travailler plus en profondeur les racines des convictions qui sont les vôtres.

Vous avez dit « malaise » ? Je vous avais prévenu. Il pose une autre question de fond :

notre intimité doit-elle être protégée de ces effractions ou viols qui dans le monde physique sont condamnées ?

A lire également

Laisser un commentaire